Carême 2018

 
 

A tous les frères et sœurs des oasis – réalités de la
Koinonia Jean Baptiste

Le Christ est ressuscité !

Chers frères et sœurs,

Nous vivons des temps pleins de vitalité ; des temps que je considère beaux et enthousiasmants. En tant que Koïnonia, les visions négatives et angoissantes ne nous appartiennent pas, mais plutôt une attente sereine de la venue du Seigneur. Bien sût, tout n’est pas facile, les problèmes ne sont pas simples à résoudre et le mal se propage, mais le soleil est toujours présent malgré les nuages passagers. Oui, les nuages sont toujours passagers !

Voici le signe de ce carême : le Seigneur est toujours présent.

Nous sommes en attente. C’est en effet la véritable tâche du disciple : attendre le retour du Seigneur et, pendant ce temps, annoncer le salut gratuit et pour tous. Les Actes des Apôtres ne font autre que souligner cette vérité. Nous convertir à une attente pleine d’espoir. Voilà la conversion que l’Évangile lui-même nous demande quand Jésus commence son ministère : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Mc 1,15).

Les temps étaient accomplis, mais pas pour tous. Ils n’étaient pas accomplis pour ceux qui ne voulurent pas reconnaître Jésus et n’accueillirent pas la proximité de Dieu ; ils furent accomplis en revanche pour ceux qui accueillirent le don que Dieu leur faisait en envoyant le Messie, Jésus de Nazareth. C’étaient des temps bénis, mais non pour tous.

C’est un peu comme aujourd’hui : les temps que nous vivons sont beaux, mais pas pour ceux qui ne veulent pas accueillir la venue de Dieu plein de miséricorde, qui va outre la loi du sabbat pour rassasier le peuple affamé (cf. Mc 2,23-28). Une vraie conversion est nécessaire, celle qui nous fait ouvrir les yeux et nous fait voir que le soleil de justice n’a pas disparu, mais s’est approché pour donner chaleur et bénédiction à qui est blessé et a besoin d’être écouté.

C’est la prière qui nous ouvre les yeux, le véritable collyre qui nous redonne la vue. Voici la clef pour vaincre la cécité. N’abandonne pas la prière mais élève de nouveau tes mains vers le Ciel, chaque jour, en toutes circonstances, pour remercier et invoquer l’aide du Seigneur. Élève tes mains et tu recevras la véritable bénédiction dont nous avons besoin, celle de découvrir que Dieu est proche parce que les temps sont accomplis.

La prière, accompagnée par le jeune et l’aumône, nous aidera à être des annonceurs d’espérance et non d’obscurs messagers de mauvaises nouvelles. Le monde a besoin d’annonceurs de joie qui ouvrent les yeux et réveillent les cœurs endoloris et paralysés par les épreuves et la peur. Nous avons besoin de voir que Dieu est proche, un Dieu miséricordieux, un Dieu sauveur. Nous avons nous-mêmes besoin de voir que les temps d’aujourd’hui sont bénis, bien plus qu’hier, présage de la plénitude qui viendra nous visiter d’en haut.

Les temps sont bénis, accomplis, si tu décides de te convertir. Prie pour que tes yeux récupèrent la juste vision que le royaume de Dieu est proche de toi.

Voici le carême de cette année : prier pour que les temps s’accomplissent, prier pour que mes yeux voient le don de Dieu à mes côtés, prier pour que je sache découvrir les signes de Sa présence dans mon présent, prier pour indiquer qu’au-dessus de nous le soleil brille encore.

Prions seuls, ensemble et en toute circonstance, comme Paul nous le rappelle : « Vivez en paix entre vous... Donnez du courage à ceux qui en ont peu, soutenez les faibles, soyez patients envers tous. Prenez garde que personne ne rende le mal pour le mal, mais recherchez toujours ce qui est bien, entre vous et avec tous. Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus. N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les prophéties, mais discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le » (1Ts 5,13-21).

Plzeň-Valcha, 7 février 2018

P. Alvaro Grammatica
Modérateur Général